Philosophie

Fraternités anonymes

Notre approche est basée sur la philosophie des Fraternités anonymes qui évoquent que cette grave maladie peut conduire, soit à la prison, à la folie ou à la mort. Nous nous attaquons directement aux racines de la maladie de la dépendance, soit : le vide existentiel ou le vide « habité » ; le mal de l’âme ou le mal de vivre ; le masque de l’Égo ; la souffrance morale ou la honte toxique.

La décision de sortir de la dépendance est souvent un premier pas vers une longue démarche qui peut mener à la sobriété. Chacun est donc appelé à s’investir en étant actif au sein d’une communauté d’appartenance. Le succès de notre processus thérapeutique dépend en grande partie du désir sincère de l’individu de s’investir à fond dans cette démarche que nous lui proposons.

Pour y arriver, ce dernier sera encadré et soutenu par un groupe de personnes significatifs et aidants, comme dans une famille où des liens se tissent. C’est ensemble, dans un sentiment d’appartenance, en fraternité, en unité ou en groupe, que chacun entreprend cette démarche intérieure vers une vie meilleure. L’individu se soigne ainsi avec ses pairs.

Le philosophe latin Sénèque écrivait : « Seul l’arbre qui a subi des assauts des grands vents est vraiment rigoureux; en effet, c’est dans le combat que les racines mises à l’épreuve se fortifient ».

Tout en préservant le climat d’intimité des résident(e)s, le milieu de vie de La Maison de Pharillon demeure ouvert vers l’extérieur, c’est-à-dire :

  • Les anciens ont une place toute particulière : attrait, entrain, témoignage, partage… Ce milieu est appelé à être transformé par l’engagement des individus et par ceux qui sont déjà passés par là;
  • L’accueil du nouveau est primordial;
  • La participation aux « meeting » des Fraternités anonymes à l’extérieur de l’organisme, dès le début de la thérapie. Ainsi l’individu reste en contact avec des adultes et des jeunes qui partagent avec lui leur expérience;
  • Après un certain temps, l’individu en thérapie peut participer à des intensifs anonymes et des ressourcements spirituels.

La Maison du Pharillon accompagne par conséquent ses résident(e)s dans une démarche « d’ouverture au monde ». Ainsi en fin de séjour, ces derniers et dernières marchent vers de nouveaux horizons, vers la « lumière au bout du tunnel ».

Back to Top