Modèle d’intervention

Parmi les nombreuses pratiques reconnues par le Ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) dans le traitement des individus aux prises avec un problème de dépendance, La Maison du Pharillon a retenu le modèle d’intervention Minnesota. Celui-ci a vu le jour aux États-Unis au début des années 1950. Il s’inspire des expériences et des travaux effectués sur le traitement de la dépendance par trois centres situés au Minnesota : Pionner House, Hazelden et Willmar Hospital. Il est issu d’un rapprochement entre les modes de prise en charge « traditionnels » de la dépendance et le mouvement des Alcooliques anonymes et repose sur une théorie particulière explicitant le fait que la dépendance est une maladie, à la fois, physique, psychologique et spirituelle.

Ce modèle thérapeutique met l’accent sur un programme de traitement multidisciplinaire, sur la croissance spirituelle et sur la dignité retrouvée par l’individu. Parce qu’il fixe ses objectifs sur le changement dans l’attitude et le comportement des individus, il est notamment qualifié de psychothérapie cognitivo-comportementale qui se concentre uniquement sur le « rétablissement de l’individu » (c’est-à-dire, sa réhabilitation dans toutes ses sphères de vie). Autrement dit, il met l’accent sur les « soins » plutôt que sur la « guérison » comme telle. Ainsi, pour déclencher et délimiter le processus de rétablissement, les intervenants et les résidents collaborent ensemble au traitement. Les premiers informent les seconds sur la façon de gérer leur maladie, jour après jour, et ces derniers, quant à eux, suivent les prescriptions tout en jouant un rôle actif à travers différentes responsabilités dans la gestion de leur vie quotidienne par exemple.

Le traitement est axé sur une démarche à long terme parce que la problématique ne disparait pas automatiquement, comme par magie. Il mise sur la gestion de la qualité de vie de la personne quotidiennement. Chaque sentiment de progrès est valorisé en individuel, par l’équipe d’intervention, puis en groupe par les autres membres en thérapie. Plusieurs stratégies comportementales et cognitives vont se développer au cours du traitement : les changements dans les habitudes de vie sont placés au centre du programme, le processus de rétablissement s’appuie sur les systèmes de soutien naturel (groupes d’entraide, pairs qui se sont rétablis et parrainage). Ainsi, le traitement ne consiste pas à rechercher les « causes » ou le « pourquoi » de la consommation de la personne dépendante, ou de ses difficultés inhérentes, mais plutôt à se concentrer sur le Présent (le « Ici et maintenant »). Son but est de l’aider à prendre de nouvelles mesures dans l’actuel, plus précisément, rester sobre (de tous produits et/ou comportements néfastes) pour les vingt-quatre prochaines heures, d’où l’expression, « juste pour aujourd’hui »…

Enfin, le Modèle Minnesota est actuellement reconnue dans le monde entier comme le traitement de référence par excellence pour prévenir, comprendre et prendre en charge toutes les formes d’addictions aux substances (alcool, drogues, boulimie/anorexie) ou d’addictions comportementales (jeux vidéo, jeux d’argent, sexe, travail excessif, achat compulsif, dépendance affective, etc.).

Back to Top